Le-Prix-du-Roman-Fnac-2011-revient-a-Rien-ne-s-oppose-a-la-nuit-de-Delphine-de-Vigan_reference

De mon point de vue, un livre magnifique, dans lequel Delphine De Vigan retrace la vie de sa maman, maniaco dépressive.

La lecture de ce livre m'a émue, boulversée à certains moments.

Je pensais y retrouver une amie trop tôt disparue. Ce qui a été stupéfiant, c'est que j'ai compris qu'une autre personne, que je cotoie régulièrement, dans des relations qui ne sont jamais simples, et toujours inattendues,  souffre de ce mal. Ça a été une évidence pour moi, alors que j'e ne l'ai jamais compris avant. Et tout devient si clair, pas forcément simple pour autant.

J'admire Delphine De Vigan de se livrer ainsi, je ne la lirai jamais plus de la même façon.

Et je l'admire de s'être construit malgré tout, car même si c'est une maladie, et même si sa maman l'aimait à sa façon, il y a tant  qu'elle n'a jamais reçue.

Ça interroge aussi sur la responsabilité qu'on a, en tant que parent, d'être le plus stable possible.