Des vies d'oiseau, Véronique Ovaldé,  c'est l'histoire de Vida, qui s'ennuie dans cette maison, si propre, si claire, que les fenêtres ne s'ouvrent pas. Sa fille qui est partie car elle ne la supportait plus. Taïbo, flic un peu paumé va l'aider à la retrouver et certainement à se retrouver aussi.

Ce que j'ai aimé dans ce livre, le ton plein d'humour et de dérision, et Vida cette femme si imparfaite, si pénible, à tant manquer de confiance en elle, mais si vraie, si féminine justement, et cette capacité à évoluer si féminine aussi.

Des-vies-d-oiseaux-Veronique-Ovalde

Dans un style très différent, ce grand roman classique, mais contemporain Freedom de Jonathan Franzen.

On suit Patty (si proche de Vida finalement), Walter et Richard. Patty, qui très tôt, fait ses propres choix, pas toujours les bons semble-t-il... ; Walter si parfait, si formidable, dans tout ce qu'il entreprend mais pas infaillible. Et Richard, le musicien qui n'aime personne à part son ami Walter...

On les suit donc des années 60 jusqu'à aujourd'hui, avec en trame de fond, la politique américaine, l'Irak, et les questions écologiques.

Il s'agit d'amour finalement, mais l'amour vrai.

Avec ce qui agace chez l'autre

Les murs qui se dressent entre la mère et les enfants.

Le désir, qui n'est jamais si grand que lorsqu'il est rêvé pendant des années.

Il s'agit de l'amour vrai, profond, qui fait que lorsqu'on est seul, on pense à ce que l'on a perdu, l'amour vrai qui fait que les corps vieillissent mais se retrouvent.

L'amour qu'on vit tous, parfois sans le savoir à temps.

Un grand grand livre, q'il faut prendre le temps de lire, et ce petit frisson en lisant les dernières pages et en le refermant... Vous voyez ?

jonathan-franzen-freedom